Terre d'asiles

Terre d'asiles

le LUNDI 13 AVRIL 2009

Terre d'asiles : Du 18 au 25 avril 2009 de 18H00 à 21H00 10 rue Blénac à Fort de France
La Terre d’Asile est une installation artistique  du peintre Séraphin et du photographe Nico dédiée au voyage alliant la photographie et la peinture autour d'un voyage commun. Refuge éphémère de l’homme est un lieu physique où l’esprit peut s’évader, se réfugier, lors du temps, de l’espace et du monde.
Extrait du communiqué :"La Terre définit généralement les limites physiques du voyage de l’humain. L’asile comme lieu inviolable est au contraire l’avatar de l’esprit, des songes, de l’imaginaire. Un lieu unique sans frontières ni limites physiques, un refuge articulé au travers des passions respectives de ses créateurs, la peinture, la photographie, la littérature et la musique. La simple utilisation des cinq sens est un moyen de s’échapper du quotidien et donc de s’évader en Terre d’Asiles.
De la rencontre des deux artistes, la Terre d’Asiles prend vie. Dans cette vieille bâtisse  Foyalaise, sont recréés les symboles d’un monde vécu ou rêvé, invitant les voyageurs à y trouver refuge à leur tour.
La multitude des salles, des genres, des personnes et des rencontres constitue autant d’expériences à vivre pour les voyageurs.
Démarche : Bousculer et surprendre, explorer le voyage
La qualité du voyage dépend de l’état d’esprit. Les voyageurs sont invités à être curieux depuis le mystère autour de l’invitation jusqu’au bout de l’expérience en Terre d’Asiles. Les oeuvres sont mises en scène dans l’espace supposément connu d’une habitation Foyalaise, et certaines oeuvres sont même cachées ou présentées de façon non conventionnelle afin de cultiver cet esprit de découverte chez le voyageur.
Allégorie du voyage
Nous avons  voulu synthétiser les différentes phases du voyage. Le parcours de l’installation traverse les salles consacrées à la peinture et à la photographie pour finir sur une création numérique rencontre des deux arts, les « photableaux ».
Un mot sur la scénographie
En découvrant l’état de cette bâtisse inhabitée depuis près de 10 ans, la douce sensualitéde ses imperfections nous a immédiatement transporté. Inspiré par le concept Japonais du Wabi Sabi, une esthétique raffinée élaborée autour de tout ce qui est usé, vieux, patiné,usagé, Nous avons cherché à développer la terre d’asiles dans cet esprit. Notre effort s’est porté sur le désir de mettre en valeur le charme anachronique de cette maison afin de sublimer les oeuvres.
A propos des artistes
En Juin 2007, de retour d’un périple d’environ 18 mois où il redécouvre les joies de la photographie, Nico prend conscience que le voyage est avant tout un état d’esprit. C’est à peu près au même moment que Séraphin, après 3 ans d’études de design à Paris, décide de rentrer vers sa terre natale (la Martinique) et s’adonne alors à la peinture. Il entame alors un tout autre voyage
."

Ajoutez un commentaire